LE CABINET SOLER-COUTEAUX & ASSOCIÉS ASSISTERA DES LOCATAIRES DE L’IMMEUBLE SIS 6 RUE DU HOHNECK À STRASBOURG NEUDORF

La liste des griefs qu’ils formulent à l’égard du nouveau propriétaire de l’immeuble dans lequel ils sont domiciliés, pour certains, depuis 1970, est très longue : augmentation substantielle des avances sur charges, tentative d’augmenter le loyer en méconnaissance de la législation applicable, refus de mettre en service la chaudière à l’approche de l’hiver, mise en place de radiateurs d’appoint en violation du règlement sanitaire départemental du Bas-Rhin et du décret n° 2002-120 du 30 janvier 2022 relatif aux caractéristiques du logement décent, refus de procéder au débouchage de la canalisation principale de l’immeuble, coupure générale d’eau en pleine canicule, coupure électrique, refus de remplacer le chauffe-eau d’une des locataires, suppression de la connexion Internet d’une des locataires etc…

Les faits reprochés à leur bailleur, qui a acquis l’immeuble en cause au mois d’août 2021, sont exposés dans l’article paru très récemment dans Rue89 Strasbourg sous l’intitulé Après un changement de propriétaire, quatre retraités du Neudorf subissent des coupures d’eau et de chauffage (https://www.rue89strasbourg.com/eau-et-chauffage-coupes-violence-quartier-neudorf-quatre-petits-vieux-subissent-les-methodes-de-leur-nouveau-proprietaire-242362).

Dans le respect du principe d’humanité régissant la profession d’avocat, le Cabinet SOLER-COUTEAUX a accepté d’assister gracieusement plusieurs locataires dans les actions qu’ils pourraient engager contre leur bailleur afin de recouvrer la jouissance paisible de leur logement.

Ces locataires seront conseillés et représentés par Me David GILLIG et sa collaboratrice, Me Louise RAMENAH, avocate intervenant principalement en droit immobilier.

Le 25 août 2022

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles Similaires

Actualités juridiques

Attention à ne pas abuser des demandes indemnitaires sur le fondement de l’abus de droit 

Dans un arrêt récent, la Cour d’appel d’AIX-EN-PROVENCE a condamné un promoteur immobilier à indemniser des requérants qu’il avait assignés devant le juge judiciaire pour abus de droit. Elle a considéré qu’en l’espèce, une telle procédure avait eu pour seul objectif de faire pression sur eux afin qu’ils renoncent à leur action dirigée contre le permis de construire, ce qui caractérisait un abus de droit. Un bel exemple de l’arroseur arrosé.

Lire la suite »